Archive for the ‘ Insolite ’ Category

Rapprochement douteux par paronymie

Des paronymes sont des mots qui se ressemblent. Ici, le verbe conjugué au passé simple « périt » rappelle le patronyme de la personne décédée : Chuck Berry.

Le rapprochement est douteux car un jeu de mots sur la paronymie est peut-être malvenu quand il s’agit d’un décès.

Publicités

Une petite métaphore

capture-decran-2017-02-23-a-15-03-51

« Faire maigrir les poubelles » n’est pas un animisme (ou personnification) car ici, les poubelles ne sont pas animées d’une volonté propre.

Il s’agit d’une métaphore (figure de remplacement qui consiste à remplacer une réalité par une autre, avec laquelle elle entretient un lien analogique) : les poubelles vont perdre en volume avec les mesures prises, comme quelqu’un qui fait un régime pour maigrir. (lire l’article)

Une cacophonie comme effet et non faiblesse de style

20160722_114932

Une belle petite cacophonie à Strasbourg.

La cacophonie (substantif féminin), du grec kakophonia, de kakos (« mauvais ») et phoni (« voix », « son ») est une dissonance phonique dans une musique, un texte ou un groupe de mots due à des liaisons difficiles à prononcer, ou à une succession rapide des mêmes sons ou des syllabes accentuées.

Contrairement à ce que laisse entendre sa définition, cette linguistiquerie doit être vue dans cet exemple non comme une faiblesse mais comme une figure de style, et cela pour deux raisons : elle a été produite volontairement et elle crée un effet de sens (dans ce cas précis, un effet hypocoristique).

Néologisme

20160724_150344

« Dégarage », un néologisme créé par dérivation affixale. Le préfixe inversif  « dé- » adjoint à « garage » (employé dans le sens vieilli de « action de se garer ») crée un mot qui signifie : « fait de sortir de la place où l’on s’est garé ».

Ambiguïté lexicale

capture-decran-2016-12-20-a-17-14-36

Dans la dernière phrase, le référent du pronom complément « le » est ambigu. Soit le référent est « femmes » (elles changeraient de sexe en exerçant leur métier), soit « gendarmes ». La seconde interprétation est plus vraisemblable, mais le référent suggéré est toujours le plus proche et encouragerait plutôt la première interprétation.

Ceci n’est pas une erreur logique, c’est une ambigüité lexicale

capture-decran-2016-12-06-a-09-49-54

Dans ces consignes, les nombres « suivants » correspondent aux nombres qui suivent le texte de la consigne.

L’élève a cru que les nombres suivants étaient ceux qui suivent ceux qui sont indiqués en chiffres. Le terme peut en effet être considéré comme ambigu. Cette ambiguïté lexicale donne lieu à une interprétation qui n’était pas celle qu’attendait l’enseignant. Cet exemple souligne l’importance de formuler les consignes sans ambigüité, par exemple : « Ecris ces chiffres en toutes lettres. »

Un oxymore suite aux élections américaines

capture-decran-2016-11-10-a-17-21-16

Circulant sur l’un des réseaux sociaux, cet oxymore (définition : rapprochement de deux termes sémantiquement opposés ou à tout le moins éloignés) aboutit à une contradiction, car hurler est obligatoirement sonore.