Ecart de lexique ou de grammaire?

(photo prise dans le quartier du cimetière d’Ixelles)

Lexicisme de genre (un moto pour une moto? ) ou deux écarts d’orthographe grammaticale (il manque les marques du pluriel) ?

Publicité

Impropriété par homonymie

Dans cet exemple, « j’avais résonné » est employé à la place de « j’avais raisonné ». Il s’agit de deux participes passés (ou, plus scientifiquement, participes 2) qui sont des homophones non homographes (prononciation identique pour des graphies différentes). Les homonymes donnent souvent lieu à des erreurs linguistiques : un mot est mis à la place d’un autre. Cet écart lexical (ou lexicisme) est nommé : impropriété lexicale.

Une petite métaphore

capture-decran-2017-02-23-a-15-03-51

« Faire maigrir les poubelles » n’est pas un animisme (ou personnification) car ici, les poubelles ne sont pas animées d’une volonté propre.

Il s’agit d’une métaphore (figure de remplacement qui consiste à remplacer une réalité par une autre, avec laquelle elle entretient un lien analogique) : les poubelles vont perdre en volume avec les mesures prises, comme quelqu’un qui fait un régime pour maigrir. (lire l’article)

Une cacophonie comme effet et non faiblesse de style

20160722_114932

Une belle petite cacophonie à Strasbourg.

La cacophonie (substantif féminin), du grec kakophonia, de kakos (« mauvais ») et phoni (« voix », « son ») est une dissonance phonique dans une musique, un texte ou un groupe de mots due à des liaisons difficiles à prononcer, ou à une succession rapide des mêmes sons ou des syllabes accentuées.

Contrairement à ce que laisse entendre sa définition, cette linguistiquerie doit être vue dans cet exemple non comme une faiblesse mais comme une figure de style, et cela pour deux raisons : elle a été produite volontairement et elle crée un effet de sens (dans ce cas précis, un effet hypocoristique).

Ambiguïté syntaxique

img_1806

L’ambiguïté donne lieu à deux interprétations : « l’attestation de soins donnés » qui est à remettre au médecin ou « l’attestation de soins donnés au médecin ».

Le complément « au médecin » dépend du verbe « présenter » dans le premier cas et de « donnés » dans le second. Le contexte ne permet que la première interprétation, mais il n’en reste pas moins que la seconde est syntaxiquement valable. Le changement de position du syntagme lève l’ambiguïté : « Durant la consultation, n’oubliez pas de présenter au médecin l’attestation de soins donnés, afin qu’il puisse la signer et que vous soyez remboursé ».

Par ailleurs, ce texte illustre le concept d’hypercorrectisme (écart linguistique qui résulte d’une volonté de s’exprimer de manière tellement correcte qu’on en vient à produire des énoncés fautifs)  : « vous » étant la personne qui a reçu les soins, il n’y avait pas lieu d’accorder au pluriel. La personne qui a voulu corriger le panneau y a inséré une faute d’orthographe grammaticale.

Personnellement, j’aurais corrigé ce panneau en tant que féministe et ajouté une petite précision : « remboursé(e) » ou « remboursé.e » , ce qui aurait été tout à fait correct vis-à-vis des femmes ET de la grammaire!

 

Ambiguïté lexicale

capture-decran-2016-12-20-a-17-14-36

Dans la dernière phrase, le référent du pronom complément « le » est ambigu. Soit le référent est « femmes » (elles changeraient de sexe en exerçant leur métier), soit « gendarmes ». La seconde interprétation est plus vraisemblable, mais le référent suggéré est toujours le plus proche et encouragerait plutôt la première interprétation.