Archive for the ‘ Métonymie ’ Category

Métonymie, animisme, question de style?

animisme

(http://www.lesoir.be/562653/article/actualite/regions/2014-06-04/tentative-d-enlevement-d-un-enfant-schaerbeek)

Si l’on a vu (notamment dans l’article précédent) que la limite entre un animisme et un animisme abusif est malaisée à tracer, ici un peut considérer l’énoncé « Les écoles de la commune sont inquiètes » peut-être moins comme contenant un animisme que comme contenant une métonymie : les écoles de la commune pour les personnes qui y travaillent ou qui les fréquentent…

Quand on voit des faiblesses d’écriture partout…

animisme abusif ou non (Copier)

Dans ce titre, on identifie une synecdoque généralisante (« l’Union Européenne » pour ses dirigeants), mais l’étudiant qui nous a transmis cette photo a considéré qu’il s’agissait d’un animisme abusif. Un autre exemple, où « l’Espagne » signifie ses habitants :

animisme pas abusif

L’animisme, figure de style, consiste à prêter vie à un élément non animé, avec souvent un rapport métonymique (par exemple, grève des « poubelles » pour grève des « éboueurs », où il y existe un lien de continuité entre le mot employé et ce qu’il remplace).

Le procédé est jugé abusif lorsqu’il n’ajoute pas de bénéfice stylistique au message. Voilà qui sera peu aisé à identifier! La frontière entre faiblesse et effet de style est parfois aussi difficile à objectiver que le rapport à la norme de chacun…

Pour trancher, pas de faiblesse de style ici, mais un procédé courant autorisé par la langue!

Quand on cherche des écarts de style, on finit par verser dans l’hypercorrection ou par voir des fautes de français partout!

 

 

Extension de métonymie : le passeport « hexagonal »

metonymie abusive

Une du journal « Le Soir » (5/11/2013)

Ecart ou figure de style?

Figure, par le prolongement de la relation métonymique bien connue (désignation du pays par la forme géométrique que rappelle son contour, ici, la France). Ecart lexical (lexicisme), aux yeux des puristes, par son usage sémantique qui le rapproche du néologisme, voire de l’impropriété .

Nous gardant bien de trancher, nous plaidons pour un continuum entre les deux types de linguistiqueries…