Archives de septembre 2016

Polysémie et malentendu

14446118_1263407150345490_6258817932627065491_n

Le verbe « mouiller » reçoit plusieurs acceptions. Dans le sens courant,  ce verbe dans son emploi transitif signifie « rendre humide ». En navigation, « mouiller » veut dire « mettre à l’eau ». Dans cet exemple, le malentendu nait de la confusion entre les deux acceptions.

Impropriété lexicale par paronymie

capture-decran-2016-02-10-a-14-04-13

Des paronymes sont des mots présentant des ressemblances morphologiques mais des sens différents. Lorsqu’ils sont confondus, ils donnent lieu à des impropriétés (type d’erreur lexicale consistant à utiliser un mot inadéquat dans le contexte). Dans cet exemple, le mot irruption est incorrect, il fallait écrire éruption.

Ambiguïté lexicale

12800140_1280384428644236_9001821202516358467_n

L’ambiguïté lexicale est fréquente dans la langue, comme ici.

Le verbe « suivre » et le verbe « être » ont certaines formes conjuguées identiques.

L’ambiguïté est parfois regrettable, quand elle donne lieu à des malentendus. L’ambiguïté est alors involontaire, et considérée comme une faiblesse de style qui concerne le lexique.

En fait, une ambiguïté lexicale est levée par le contexte la plupart du temps.

Les défenseurs de l’orthographe traditionnelle, qui préfèrent par crainte du malentendu maintenir la différence orthographique entre « sur » et « sûr », ne sont probablement pas au courant de cela.

Ambiguïté lexicale

capture-decran-2016-08-16-a-12-24-32

Dans la dernière phrase de l’extrait de cet article, le référent de « celle-ci » peut être : la star, la colère, la thérapie. Cette possibilité d’interprétation multiple est nommé ambiguïté. Elle est ici lexicale car c’est le référent du pronom qui est ambigu. La confusion qui pourrait en découler en fait une faiblesse de style. La plupart du temps, et c’est le cas ici, le contexte lève l’ambiguïté : c’est bien la thérapie qui semble ne pas avoir porté ses fruits.

Mot altéré

Capture d’écran 2016-08-16 à 12.27.37

Les mots altérés sont des erreurs de lexique (lexicismes) qui résultent d’une maladresse orthographique, une coquille, ou d’une méconnaissance de la graphie d’un mot. On opte ici pour la première cause.