Archives de janvier 2014

Tautologie

tautologie

Une tautologie est un énoncé où l’information phrastique est redondante.

Ici, l’information « je ne suis pas là » est déjà fournie par le complément non essentiel « en cas d’absence ».

Il faut distinguer la tautologie du pléonasme lexical, qui répète inutilement le sens d’un mot de la phrase (par ex. : « monter en haut », où le sens de « monter » implique vers le haut).

Mot altéré : gaspi

gaspi(La Libre, 17/10/2013, p.26-27)

On appelle métaplasme le processus d’altération d’un mot : le mot peut -être altéré au début, au milieu ou à la fin.  Ici, gaspi pour gaspillage est une apocope (chute de la fin du mot, comme dans ciné, télé, prof, etc.).

Selon le rapport que vous entretenez avec la norme linguistique, vous y verrez l’application d’un principe d’économie, un effet oralisant, un procédé participant à la néologie ou un écart de style, une dégradation dangereuse de la langue, une menace à éradiquer.

(crédit photographique : Emy Maerens, étudiante ULB)

Florilège d’impropriétés (issues de la téléréalité)

improprietetele3 improprietetele2 improprietetele4 improprietetele5 improprietetele1 improprietetele6

(voir la page source)

Voici quelques exemples d’impropriétés. C’est un type d’écart de style lié au lexique (= lexicisme) qui consiste à remplacer un mot par un autre qui n’est pas conforme dans le contexte.

Dans ces cas précis, il s’agit d’expressions idiomatiques ou de proverbes : un cercle vicieux ; porter le chapeau ; têtu comme une mule ; assurer ses arrières ; monter sur ses grands chevaux ; l’habit ne fait pas le moine .

Périphrase euphémistique

decembre 2013 032

Une périphrase – définie en rhétorique comme une figure dans laquelle on substitue au terme propre et unique (mot usuel ou nom propre) une expression imagée ou descriptive qui le définit ou l’évoque (source TLFI)- qui nomme les handicapés par les personnes en situation de handicap, par euphémisme. L’euphémisme évoque une réalité de façon atténuée, par refus de l’évoquer de manière directe, ici probablement par souci du politiquement correct.

Florilège d’homéotéleutes

homeoteleute steres mysteres Homéotéleute21 Homéotéleute Homéotéleute2

Ces exemples permettent de comprendre le phénomène d’homéotéleute, figure de style phonétique, définie comme la répétition d’un son ou d’une syllabe au sein d’un énoncé. Il s’agit donc d’une rime en prose, à l’intérieur d’une phrase.

Les effets de style phonétiques ne sont pas réservés à la poésie.

Et ce n’est pas la figure de style qui crée la poésie…

Cacophonie « douteuse »

cacophonie rapprochement douteux(circule sur Facebook)

 

Le syntagme « une fausse sceptique  » est homophonique avec « fosse septique ». La cacophonie est ici identifiée comme la possibilité d’une autre interprétation que celle que détermine l’orthographe, basée sur l’homophonie parfaite. Cette cacophonie rapproche le scepticisme religieux d’un lieu peu fréquentable.

Les perles des journalistes

En cette période de bêtisiers, voici les perles 2013 de l’écriture journalistique de l’Echo, qui ont été corrigées avant parution.

Entraînez-vous à reconnaître la linguistiquerie dans chacun des énoncés!

Vous trouverez également des exemples sur la page Facebook (à la fréquentation anecdotique) : « Ici on perle français »